Le challenger du mois est un tenace, border coriace : Yan, 32 ans, triathlète à ses heures… toutes ses heures! Avec ses deux entraînements par jour, cinq jours sur sept, l’on peut dire qu’il s’est prêté au jeu du roadtest et a mis le LABB à rude épreuve dans sa préparation pour le semi Ironman de Majorque — 1900 mètres de nage, 90 kilomètres de vélo et 21 kilomètres de course à pied – et pour The Alpine swimrun race en Engadine – 46 km de long dont 39.8 km en trail, 5.9 km de nage en eau libre et un dénivelé de 1570 mètres. Dans ce fight club version noomoonien, les règles sont simples : pas d’arbitre, pas de pitié, le KO définira le vainqueur.

 

Yan a commencé le triathlon il y a trois ans seulement. Hockey, natation, judo ; « Yano », comme on le surnomme, n’était pas resté inactif jusqu’en 2014, mais quand même ! Son compte Facebook ne laisse d’ailleurs pas de place au doute, il est accro aux sensations et aux défis. L’athlète cultive son esprit de compétition, mais pas aux dépens des plaisirs, de l’amitié. Et d’une certaine élégance. Une philosophie qu’il partage avec ses acolytes de la Tuxedo Team, douze sportifs de haut niveau qui officient en « costard ». Douze potes avant tout : Alain, le Puncher, Lolo, Mitch, Momo, Drop, Pep, Ric, Big-M, Tom et Widy. L’affrontement a été sans pitié, mais fairplay, gentlemen’s agreement oblige.

 

Notre fluoroélastomère a été écartelé, ballotté, secoué, immergé dans le Léman, éventé lors des raids à vélo et ébranlé des kilomètres durant. Yano et ses onze trublions du triathlon n’ont pas ménagé leurs efforts pour arriver à bout du LABB. Le premier duel n’est pourtant pas celui qu’on attend. Le face à face de l’athlète avec le bracelet est réel. « Il m’a bien fallu un jour et demi dévolu à la maîtrise du “superposer-glisser” pour encastrer les brins. » Heureusement, confort, addiction et innovation ont eu raison des premières minutes d’hésitation. A sa décharge, nous avions retrouvé Yan en plein apéro pour lui présenter le LABB. Les premières heures ne comptent donc pas. L’imbrication domptée, l’athlète s’avoue fan. « Il ne tire pas les poils, est très agréable au porter et ne reste pas mouillé longtemps. » Explique-t-il. Et de poursuivre « C’est fun, jeune et j’adhère complètement. » Le côté fidget  n’a pas manqué de faire un nouvel addict… « on l’enlève et le remet sans cesse. » Alors il adhère aussi au slogan : First comes the band. Then the fidget. « Les gens sont curieux et on sent leur regard. Je l’ai souvent fait tester. »

Après dix jours de roadtest, le bilan est sans appel : NOOMOON 1, Yano 0. Le sportif est beau joueur est admet que le LABB tient vraiment la route. Il s’enquiert encore de savoir si les ouvertures-fermetures répétées, tant dues au porter du bracelet qu’à la fixette antistress altèrent sa solidité. Nous le rassurons. Nos testeurs l’ont fait plus de 7000 fois et même eux sont sortis vaincus.

 

La team NOOMOON souhaite tirer son chapeau à Yano. Pour son enthousiasme ; il a répondu immédiatement positivement à notre challenge. Pour ses efforts ; il ne les a pas ménagés. Pour sa disponibilité. Pour sa sincérité et spontanéité. Et pour nous avoir présenté la Tuxedo Team. Nous partageons le délire affirmé de ces douze gentlemen du triathlon : repousser les limites individuelles grâce à la force du groupe, mettre en exergue les valeurs du sport collectif, tenter de nouvelles aventures et améliorer ses performances tout en conjuguant cela avec les soirées, la famille et les plaisirs de la vie. Lors des prochaines compétitions, si vous croisez les beaux gosses sapés de leurs combinaisons au look de smoking – et de bracelets NOOMOON – merci d’avance de les encourager. NOOMOON ne sera pas loin !

 

#noomoonroadtest

Prénom : Yan

Nom : Resin

Âge : 32 ans

Sport: triathlon

Son équipe: la Tuxedo Team

Objectifs 2018 : Ironman 70.3 de Majorque & The Alpine swimrun race en Engadine

Devise: you never know how strong you really are until strong is the only choice you have